Expositions
Recherche
 
Fermer
Visites

 568655 visiteurs

 20 visiteurs en ligne

Galeries - Peinture : Sandrine Maia
Sandrine Maia(20 photos)

Sandrine Maia ou la traversée du miroir

sandrine_maia_v.jpgPour appréhender l'oeuvre peinte de Sandrine Maia, il nous faut avant tout nous défaire des oripeaux futiles du monde, apprivoiser les masques colorés de ses personnages aux fêlures et beautés inspirantes et faire place au sein même de notre intimité d'être à cette différence actée par l'artiste sur ses toiles...

L'androgynie des visages fait ici écho à une dualité dans leur identité de genre, Sandrine Maia les peint comme ils lui apparaissent c'est à dire dans toute leur complexité émotionnelle et sexuelle... fascinée par ces figures tout à la fois ambiguës et pures, l'artiste emprunte à la fantasmagorie des rêves une vision poétique de notre humanité sans pour autant l'abêtir, consciente de sa fragilité, désireuse de lui offrir la possibilité de s'exprimer dans toute sa démesure... via ses "androgynes" qui derrière leurs grands yeux écarquillés, leurs oreilles ourlées à l'écoute, leurs lèvres pleines, leur peau maquillée, scarifiée, nous révèlent nos propres failles, nos forces aussi...

Invite à une traversée du miroir ou aveux d'alcôve ? A chacun son interprétation de l'oeuvre... mais une chose est sûre, Sandrine Maia aborde son art avec une passion bouleversante, une maîtrise stylistique qui laisse pantois, un sens des couleurs et des contrastes bluffant...

Sur ces visages troublants, Il y a des chuchotis d'enfance émue, des caresses à fleur de mélancolie, des cicatrices grimaçantes de sensualité, des éclaboussures de joie, des sanglots de poésie, des ombres pourpres et des calques de soleil, une kyrielle d'émotions que l'artiste métamorphose au gré de sa palette chatoyante en une longue et silencieuse prière de vie, car à bien y regarder les "androgynes" de Sandrine Maia stigmatisent nos peurs, nos troubles, nos errements mettant également en lumière nos sensibilités exacerbées, nos désirs d'amour..., démontrant combien l'âme humaine est hybride...

Sandrine Maia joue des transparences, mêlant écriture et motifs floraux, arabesques et coulures, travaillant son médium, l'acrylique, dans une gestuelle spontanée, y adjoignant à l'occasion avec un art éloquent de la composition encre de chine, pastel, plâtre, grillage... mais également des collages pour un relief bienvenu, l'artiste ne manque pas d'idées de trouvailles pour intégrer aux couleurs des matériaux qui dans leur traitement apportent une réelle densité à l'oeuvre en gésine.

Sandrine Maia s'aventure également dans la peinture numérique, une pratique encline à se développer et en passe d'être reconnue comme un art à part entière ces dernières années.

Le "painting art" mérite tout notre intérêt tant les créateurs font preuve d'adresse et d'inventivité... ainsi Sandrine Maia manie-t-elle avec brio l'outil informatique, suffit de regarder son travail de surimpression qui n'est pas sans rappeler l'art du tatouage qui accentue par petites touches délicates ici un regard, là un fond pour nous convaincre du bien-fondé de cette incursion dans l'art digital.

L'artiste souhaite investir tous les champs possibles de la création et le résultat plus que probant lui donne raison.

De cette façon, peut-on trouver certaines de ses oeuvres imprimées sur tissu pour des objets de décoration et design mais de mode aussi... Il est vrai que la thématique des "androgynes" se prête fort bien au jeu ! Voici une créatrice multidisciplinaire qui ne craint pas d'innover et d'aller là où on ne l'attend pas... Sandrine Maia veut aller au bout de ses désirs et n'avoir aucun regret, une attitude passionnée et authentique que l'on ne peut que saluer...

Nathalie Lescop-Boeswillwald

Docteur en Histoire de l'Art, critique

Présidente de "pARTage"